ActifsRadio:  
--:--  |
Toggle Bar

L’inspiration en ESS #37 - APLEAT ACEP adapte le dispositif TAPAJ pour répondre aux besoins de jeunes en grande précarité

L’inspiration en ESS #37 - APLEAT ACEP adapte le dispositif  ... Image 1

L’inspiration en ESS, une série d'émissions réalisées avec le soutien de la Fondation Crédit Coopératif.

L’association pour l’écoute et l’accueil en addictologie et toxicomanie (APLEAT ACEP) qui intervient depuis 40 ans auprès des personnes en situation d’exclusion souhaite aujourd’hui accompagner la réinsertion professionnelle des jeunes de 16 à 25 ans en "errances". Autrement dit en grande précarité et consommateurs de substances licites ou illicites. Un programme intitulé TAPAJ, acronyme de Travail Alternatif Payé A la Journée.

Rémi SABLON, animateur du projet TAPAJ nous explique l’intérêt et les enjeux de ce programme en plusieurs étapes basé notamment sur un principe innovant de travail payé à la journée, dont l’objectif est de faire retrouver progressivement une autonomie à ces jeunes confrontés à de multiples difficultés. Un dispositif expérimenté a Bordeaux et adapté à Orléans qui a fait ses preuves dans 25 villes en France avec un taux de sortie positive de 45%, ce qui est largement au-dessus des autres dispositifs d’insertion dédié à ce public.

Un projet qui s’inscrit comme nous l’explique Pascale NEVEU, directrice territoire du Loiret dans la mission de cette association qui emploie 135 salariés pour mener toute l’année des actions auprès des mineurs et jeunes majeurs en difficulté. Intervention dans les établissements sociaux et médicosociaux, actions de proximité dans la rue, dans les espaces festifs, prévention dans les lycées et collèges… le travail complexe, pertinent et innovant de cette association a été récompensée par le 1er Prix régional des "Prix de l’inspiration en ESS" de la Fondation Crédit Coopératif pour son engagement social en Centre-Val de Loire.

Du fait de développer la prévention auprès des plus jeunes l’on touche 50% de jeunes femmes et 50% de jeunes hommes. Ce qui permet véritablement avec ce projet de pouvoir imaginer lutter contre une évolution négative surtout des personnes plus en retrait par rapport aux soins.